Panier  

Aucun livre

Expédition 0,00 €
Taxes 0,00 €
Total 0,00 €

Les prix sont TTC

Panier Commander

PayPal

Lettre d'information

Les préliminaires de la guerre : prolégomènes à la lecture du premier livre de Thucydide de Gauthier Liberman

Flux RSS

Aucun flux RSS ajouté

La vie quotidienne à Carthage au temps d'Hannibal (IIIe siècle av. J.-C.)

La vie quotidienne à Carthage au temps d'Hannibal (IIIe siècle av. J.-C.)

Charles-Picard, Colette et Gilbert

En français,
Hachette 1982,
13 x 20, 300 pages, broché, occasion.
Bon état. Couverture défraîchie. Bord du papier intérieur
très légèrement jauni. Rousseurs sur les tranches. 
9782010019701

Plus de détails

12,00 € TTC

CLA-080318-01

1 exemplaire disponible

Attention : dernier exemplaire disponible !

Ajouter au panier

Programme de fidélisation En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 2 points de fidélité. Votre panier totalisera 2 points pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,10 €.


Comptes-rendus : André Chastagnol In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 15ᵉ année, N. 4, 1960. pp. 791-792.

Les deux auteurs de ce livre, qui prend place dans une collection célèbre aux côtés des ouvrages justement réputés de MM. Pierre Montet (l'Egypte), G. Contenau (la Mésopotamie), Emile Mireaux (la Grèce archaïque), Jérôme Carcopino (Rome) et Paul-Marie Duval (la Gaule romaine), ont longtemps séjourné en Tunisie et travaillé de concert sur l'archéologie et l'histoire puniques. Mme Colette Picard nous a donné en particulier un livre sur le site de Carthage et un Catalogue du Musée Alaoui du Bardo ; son mari, M. Gilbert Picard, a dirigé de longues années le Service des Antiquités de Tunisie et a publié récemment un ouvrage d'ensemble sur Le monde de Carthage et Un autre sur Les religions de l' Afrique antique. On ne pouvait donc faire meilleur choix pour présenter à la fois au grand public, aux étudiants et aux savants ce que fut la vie quotidienne à Carthage avant la conquête romaine.
C'est une gageure de prétendre décrire la façon de vivre des Puniques, étant donné la pauvreté de la documentation dont nous disposons. Les sources littéraires ne nous apprennent rien, ou presque, sur ce sujet. Nous sommes donc réduits le plus souvent à l'information qui nous vient de l'archéologie ; encore celle-ci est-elle très fragmentaire et, mis à part quelques restes de maisons privées à Byrsa, de fortifications à Carthage également, quelques mesquines installations portuaires et diverses chapelles, elle se rapporte avant tout aux sépultures. On a retrouvé en effet un grand nombre de tombeaux puniques à Carthage, Utique et ailleurs ; on peut aussi rattacher à la rubrique funéraire le fameux « sanctuaire de Tanit » ou « tophet » de Salammbô, ainsi que les sites analogues du sanctuaire de Sousse et du temple de Saturne à Dougga. Dans la pratique, en attendant la publication des importantes fouilles du Cap Bon, nous ne sommes véritablement renseignés que sur un petit nombre d'aspects de la vie quotidienne punique.
En outre, l'essentiel du sujet a déjà été traité en 1920 par Stéphane Gsell dans le cadre de sa monumentale Histoire ancienne de l' Afrique du Nord et les auteurs d'aujourd'hui, pour éviter, selon leurs propres ternies, de « démarquer cette synthèse magistrale », ont volontairement insisté sur les découvertes de ces dix dernières années, dues en partie à eux-mêmes et pour le reste principalement à M. Pierre Cintas, actuel directeur de la Mission archéologique française en Tunisie. La description des sites et des champs de fouilles supplée ainsi le plus souvent à une analyse méthodique des modes de vie, qui serait par trop indigente. On ne s'en plaindra pas, car l'exposé y gagne incontestablement en couleur et en mouvement.
Dans ces conditions, les auteurs font flèche de tout bois et utilisent le moindre indice. La vie punique à Carthage nous est certes présentée telle qu'on la peut connaître ; mais c'est beaucoup dire qu'affirmer, avec le titre, que le tableau qui nous est brossé correspond « au temps d'Hannibal, IIIe siècle av. J.-C. ». Une telle précision chronologique, sur un tel sujet, est pratiquement impossible à réaliser.
Ces réserves faites, le lecteur ne sera pas déçu, pour peu qu'il ne s'attende pas à voir renaître ici la Carthage de Flaubert. Il y trouvera pratiquement une somme de nos connaissances sur la civilisation punique, éclairée par les découvertes les plus récentes. Les notes l'aideront à pénétrer plus avant en lui fournissant la bibliographie pour chaque question : à ce propos, il faut rappeler à nouveau combien le procédé — propre à la collection — qui consiste à renvoyer toutes les références à la fin du volume est incommode et irritant. Sont passés en revue successivement, après un aperçu historique : la ville, la société, l'industrie, les actes quotidiens, le commerce, la diplomatie, la marine et l'armée, les grands voyages.
Notons pour terminer quelques opinions formulées par les auteurs. D'abord, ils restent fidèles à la date traditionnelle de la fondation de Carthage (814 av. J.-C), bien qu'on ait voulu récemment la remettre en question en rajeunissant l'événement de 150 années 1. En outre, sur le « tophet » de Salammbô, ils adoptent la thèse chère à presque tous les archéologues, qui y voient un témoignage des sacrifices d'enfants qu'aurait réclamés le dieu Ba'al Hammon : il importe de préciser que cette interprétation n'est pas acceptée unanimement et que, parmi les sceptiques, figurent encore en particulier MM. Pierre Hubac et Claude Schaeffer 2. Enfin, le périple d'Hannon est décrit dans la perspective qui est celle de M. J. Carcopino 3 ; on observera surtout que M. et Mme Picard croient (p. 215, 226 et 231) à un dessèchement progressif du climat saharien, dessèchement qui se serait accentué pendant les derniers siècles avant l'ère chrétienne et expliquerait le remplacement du cheval par le chameau dans le désert sous l'impulsion des Phéniciens de Tripolitaine. — André Chastagnol In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 15ᵉ année, N. 4, 1960. pp. 791-792.

 
1. E. Forrer, « Karthago wurde erst 673-663 v. Christ gegrundet », dans Festschrift Franz Dornseiff, Leipzig, 1953, p. 85-93; cf. E. Frézouls, dans Bulletin archéol. du Comité des Travaux histor., 1955, p. 153 et suiv.
2. P. Hubac, « Moloch », dans Cahiers Charles de Foucauld, La Tunisie, 1950, p. 3-30 ; Cl. Schaeffer, dans Comptes rendus de l'Acad. des Inscr., 1956, p. 67.
3. Le Maroc romain, Paris, 1943, p. 73-163. 


  • 10. Etat : occasion
  • 09. ISBN : 9782010019701
  • 08. Façonnage : broché
  • 07. Pagination : 300 pages
  • 11. Poids (g) : 304
  • 06. Hauteur (cm) : 20
  • 05. Largeur (cm) : 13
  • 04. Année d'édition : 1982
  • 03. Editeur : Hachette
  • 01. Langue : en français
  • 00. Auteur : Charles-Picard, Colette et Gilbert

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.